2014012510033231246                                      JOURNAL  CHILI

 

CARNET  1

 

Les 23,24.25 juillet

Le 23 direction la cote à travers toujours le désert immense, arrivée vers Ilo ou nous trouvons un merveilleux bivouac sur un grand parking au bord de l’océan.

Le 24 journée passage de frontière, mais sur la route 30 kms avant la frontière chilienne barrage de police pour vérification des produits transportes. Ils nous ont gardé 2 pommes et une orange .même au Pérou .la frontière chilienne est en vue, pas trop de monde nous passerons en 1 heure, et la aussi la sag nous gardera haricots secs, oignons et ail. Bonjour le chili, c’est avec beaucoup de plaisir que nous te retrouvons.

Le 25 direction Iquique, la route est vraiment exceptionnelle, tout est gigantesque ici, les vallées, les routes 43kms de ligne droite, les plateaux a 1500m immenses, c’est vraiment une autre dimention.a 80kms de Iquique nous prenons une petite route pour nous rendre à pisagua, petit port de pêche abandonne, mais surtout une ancienne prison ou Pinochet envoyait ses prisonniers. Un joli petit phare construit en partie par Effel. Nous avons même trouve ici la wifi dans un ancien théâtre qui sert de bibliothèque et de cyber. Demain direction Iquique. Merci à Josiane pour pisagua

 

Le 26 et 27 juillet

Le 26 direction Iquique mais 30 kms avant stop à Humber stone, ville dont la construction commença en 1862, autour d’un  gisement de salpêtre sous l’impulsion de James Humber stone ingénieur britannique et père du salpetre.c’est une ville qui comptait 5000 habitants aujourd’hui complètement abandonnée et désormais sous l’égide de l’Unesco. Visite très interessante.puis Iquique, quelle ville, la descente est très impressionnante, cette ville est coincée entre montagne et dune de sable et l’océan Pacific. Ville très européenne et très belle. Trouvons un bivouac dans un hôtel construit avec des containers et refuge des parapentistes.

Le 27 visite de la ville en commençant par la rue baquedano, construite avec des maisons en bois, alignées de façades et de vérandas aux tons pastel. Arrivée sur la place Arturo Prat ou se trouvent également le casino espagnol (dommage en rénovation) et le théâtre municipal. Puis visite du mercado avec son marche extraordinaire de poissons. Et enfin un très bon repas gargantuesque. Retour au bivouac.

VOIR PHOTOS CHILI  2

CARNET 3

LE 28 juillet

Direction Tocopilla toujours une très belle route côtière. Les paysages, très changeants, nous étonnent des  couches blanches de salpêtre transpirant de la terre, on croirait de la neige, et les rochers couverts de guano sont magnifiques. Notre bivouac approche, on stop pas loin de la plage sur un parking un peu bruyant mais pour une nuit c’est bon.

LE 29 JUILLET

Apres une nuit agitee,beaucoup de passage les yeux ont du mal à s’ouvrir , mais bon anniversaire kiki ,premier arrêt a Antofagasta pour des appros et casse-croute a la portada superbe endroit où l’on peut admirer un rocher sculpte par la mer en forme d’arc de triomphe l’endroit ne manque pas de charme puis direction l’observatoire Cerro Paraná(le grand, le très grand telescope.concu pour explorer les galaxies lointaines et les confins de l’univers. Ce télescope appartient à 15 pays du vieux continent plus le bresil.4 milliards de fois plus précis qu’à l’œil nu, on pourrait voir un homme sur la lune. Un nouveau télescope de 42 m de diamètre devrait voir le jour pour être opérationnel en 2018.c’est avec beaucoup de plaisir que nous visiterons tout cela demain.

LE 30 JUILLET

9h30 départ pour la visite de l’observatoire sur le parking nous rencontrons un couple de français avec deux enfants et une française vivant au chili depuis 4 ans.la visite se fait en plusieurs groupes de vingt personnes en anglais ou en espagnol. Super nous choisirons l’espagnol et la jeune française nous servira de translate. Cinq télescopes sont installés ici depuis 1990.c’est le plus grand [ centre du monde. Parmi les dernières découvertes le trou noir au centre de notre  galaxie celle qui peut être la galaxie la plus éloignée jamais observée et ,enfin à l’été 2010 l’Etoile la plus massive repérée à ce jour ,au rayonnement 10 millions de fois plus puissant que celui du soleil. ici 150 personnes travaillent à chaque télescope la visite est vraiment impressionnante .pendant deux heures les guides nous assomment de chiffres et de milliards d’annees.il faut une journée de préparation pour voir 20 minutes la galaxie et les étoiles demandees.de nombreux pays du monde entier demandent des photos ou renseignements. La vie ici est aux petits soins, salle de resto, jardin, piscine, sont à la disposition des ingenieurs.les autres travailleurs viennent des environs, en permanence 8 jours, et 6 jours de repos. Apres deux heures de visite nous disons au revoir à nos amis sauf la française que nous retrouverons lundi a Calama pour la visite de la mine de cuivre de Chuquicamata, car elle a deux places de disponibles, avons vraiment de la chance. Retour au bivouac ou nous passerons la deuxième nuit. Demain direction Calama à 329 kms

VOIR PHOTOS  3

 

CARNET  4

LE 31 JUILLET. 1ER ET 2 AOUT

Nous quittons ce ciel merveilleux pour Calama

Route désertique pour atteindre Calama, ville importante, mais pas grand-chose à voir sinon les minas de Chuquicamata que nous visiterons demain. Trouvons un camping géré par un ancien carabinieros  sous Pinochet.

LE 1 ER AOUT

Les nuits sont fraiches pas plus de 5 degrés.

Départ à 11 heures, nous avons rdv avec carole à 13 heures au bureau de la  Co delco, société étatisée depuis Allende, un bus nous emmène aux mines situées a 12kms de calama.et la oh spectacle hallucinant je dirais même monstrueux de ces mines à ciel ouvert. Déjà connues par les incas, cette mine à ciel ouvert est la plus grande du monde. Elle contient 13 pour cent des réserves mondiales.un cratère gigantesque de 5kms de long sur 4 de large et 1km de profondeur. Elle produit environ 1,3 millions de tonnes de cuivre et 31000 tonnes de molybdène par an .autour de cette mine un village a été créé ou vivaient 25000 personnes. En 2007 le camp a été ferme et tout ce beau monde a été évacué sur Calama, sous prétexte de pollution. Mais des mauvaises langues affirment que c’était pour mieux creusées sous les maisons. Un balai incessant de camions énormes avec des roues de 3m de diamètres pouvant remonter 400 tonnes de minerai .tous les 8 mois il faut changer les pneus coutant chacun 32000 euros.incroyable.retour à Calama ou nous quittons carole et nous la remercions vivement.

LE 2 AOUT

Route pour San Pedro d’Atacama à 98 kms. Une route en plein désert, ou nous croisons beaucoup de bus, cela sent déjà la zone touristique. San Pedro perdue dans un trou ressemble à une oasis au pied du majestueux volcan licancabur .installation dans un petit camping, car nous resterons au moins une semaine pour visiter tous les environs.

CARNET  5

 

Le 2 aout

 

Direction San Pedro d’Atacama, la route est bonne, au loin toujours des mines de cuivre, panneaux solaires et éoliennes. 98 kms sépare Calama de San pedro.au loin nous commençons à apercevoir le volcan licancabur, puis soudain San Pedro, petit village de 5000 habitants ressemblant à une oasis perdue en plein désert. Rues piétonnes en terre, son église pittoresque, malheureusement très touristiques les rues sont envahies par des restaurants, agences de voyages, hôtels, et boutiques (attrape touristes). Nous trouvons un petit camping ou beaucoup de routards sont installés.

 

Le 3 aout

 

Première visite des alentours de San Pedro, mais quelle visite magique, la vallée de la luna.la dune de sable Mayor(interdit de gravir et c’est tant mieux)sépare deux petites vallées blanchies par le sel.au bout du chemin un peu difficile à gravir une vue splendide on se croirait vraiment sur la lune, totalement irreelle.quel morceau de geologie.plus loin un autre site las très marias ,il s’agit de trois petites concrétions rocheuses censées ressemblées au christ entouré de la vierge.il faut dire qu’a l’époque on fumait beaucoup, sans doute sous l’influence des rites chamaniques.

 

Le 4 aout

 

Debout 4 heures du matin pour la grande virée de la visite des geysers du tatio.10 degrés pour le moment c’est bon. Mais après une centaine de kms et l’arrivée sur le site moins 15 ca caille (4300m). Filipe notre guide parlant très bien le français, nous prépare des œufs brouilles (Giscard n’est pourtant pas la).il est 6 heures, le jour se lève et nous commençons à apercevoir ce fabuleux spectacle, plus de 40 geysers crachent des fumées et bien sûr pour quelques-uns de l’eau à 85degres.il faut dire qu’ici les magmas de la terre se trouvent entre 6 et 8 kms. Plus de 50 volcans sont présents et également une soixantaine de sources chaudes et évidemment une piscine. Mais Filipe nous emmènera plus loin dans une petite vallée remplie de marais et là baignade, quel plaisir, nous sommes 6 sur 9 à s’être baignes dans une eau très chaude, allongé sur le sable ça chauffe le cul je dirais même ça brule un peu. Autour des vizcachas (sorte de lapin ressemblant plus à un gros rat avec une grande queue se promenent.des mouettes andines et quelques vigognes sont aussi presentes.retour sur San Pedro vers midi disons au revoir a Filipe qui a été formidable sauf à la conduite un peu trop vite à mon gout.

 

VOIR  PHOTOS 5  ET FILM  2

 

CARNET  6

LE  06 AOUT

Suite des visites de San Pedro par la laguna chaxa, située à 67kms, c’est l’une des 7 secteurs de la réserve de los flamencos. On peut y admirer 3 sortes de flamands roses. Le flamant de James, le flamant du chili, et le flamant andin dans un silence etourdissant.et se promener dans un paysage de concrétions salines à la blancheur éblouissante, est formidable. Puis petit casse-croute dans babalouch.au retour nous nous sommes arrêté à la laguna cejar et pedra mais vu le prix d’entrée 15000 pesos soit environ 22 euros par personne nous avons fait demi-tour. Cette fois ci San Pedro c’est fini, demain direction l’argentine par le paso de jama.un seul regret dans cette merveille qu’est le désert d’Atacama, trop touristique et surtout très cher. L’argent leur a tourné la tête.

LE 07 AOUT

DEPART DE SAN PEDRO tôt le matin car nous avons 432 kms à faire pour arriver à purmamarca, village indigène argentin. Nous passons aux pieds du volcan licantabur sur une route grimpant sur 20 kms en ligne droite. Paysage superbe avec des salars et lagunas à n’en plus finir et babalouch grimpe comme un dieu a 4821m kiki est ravie elle a monté plus haut que le mont blanc. Puis 230kms de plateau situe à 4200m, passage de la frontière, pour arriver aux salinas grandes, des étendues de sel comme s’il en neigeait. Les hautes montagnes captent les pluies, une forte animation volcanique charge en minéraux ces eaux de ruissellement et les fait remonter à la surface d’un haut plateau sous forme de lagune. Ajoutons une forte évaporation due à la chaleur, et on obtient un salar. Plus que 80 kms et une descente vertigineuse nous attend. Cette route nous offre de jolis panoramas avec demoiselles coiffées, roches multicolores, précipices impressionants.et enfin purmamarca (lieu de la terre vierge) en quechua, village authentique andin, ou un marché de produits quechua vif en couleur est présent.

NOUS SUIVRE SUR ARGENTINE

 VOIR PHOTOS 6